search-form-close
Zetchi demande aux présidents de clubs « d’abolir la culture du téléphone »

Zetchi demande aux présidents de clubs « d’abolir la culture du téléphone »

Le président de la FAF Kheireddine Zetchi a appelé l’ensemble des présidents de clubs professionnels « à abolir la culture du téléphone » pour transmettre leurs doléances aux instances footballistiques.

« Le premier message que je veux vous envoyer, c’est d’abolir la culture du téléphone. C’est permis de s’appeler pour se souhaiter saha aïdek ou avoir de ses nouvelles, mais la gestion par téléphone entre les présidents de clubs et la FAF ou la LFP ne doit pas exister. Il existe une alternative qui s’appelle l’écrit. Chaque club doit désormais nous transmettre ses doléances par écrit. La FAF et la Ligue sont dans l’obligation de répondre dans un délai respectable et raisonnable. Même si je suis en différend avec tel ou tel président, cela ne m’empêche pas de lui répondre, c’est un devoir. Vous devez avoir des administrations pour gérer les relations avec les instances footballistiques. Malheureusement, aujourd’hui c’est plutôt le téléphone qui règle les affaires. Non, je suis désolé. Je suis formel et catégorique sur la nécessité d’abolir la culture du téléphone et dénoncer cette mauvaise attitude », a indiqué Zetchi au cours de son allocution adressée lors de la réunion tenue mercredi avec les représentants des clubs au Centre technique national de Sidi Moussa, dont les propos ont été diffusés par vidéo sur le site officiel de la FAF.

Sur proposition de l’instance fédérale et en présence du président de la LFP Abdelkrim Medouar, l’ensemble des 32 clubs professionnels étaient présents au cours de cette réunion pour évaluer la phase aller de la compétition, qui s’est achevée le 23 novembre dernier. Plusieurs points ont été abordés lors de ce rendez-vous tels que la programmation et l’arbitrage.

Dans un autre message transmis à l’assistance, Zetchi a appelé à l’apaisement, en guise de réaction aux déclarations fracassantes prononcées par certaines responsables de clubs contre la LFP.

« Ce qui est important, c’est l’apaisement, ce qui ne veut pas dire infraction aux règles ni une attitude selon la tête du client, en fonction des relations existantes entre le président d’un club avec la LFP ou la FAF. Les présidents de la Ligue et de fédération sont des gens qui travaillent dans l’intérêt général et selon la réglementation. Combien même nous pouvons avoir des relations amicales et fraternelles, mais ceci ne nous donne pas la possibilité de donner un bonus à un tel par rapport à un autre. On est là pour garantir le bon déroulement du championnat, ou défendre quiconque sur la scène internationale. il faudrait qu’il y ait un dialogue qui ne peut exister qu’à travers ce genre d’espaces », a-t-il conclu.

close