search-form-close
VIDÉO. Les Algériens se plaignent de pénurie de la semoule

VIDÉO. Les Algériens se plaignent de pénurie de la semoule

Les Algériens sont confrontés depuis quelques jours à une grave pénurie de la semoule. Ce produit de première nécessité est quasiment introuvable dans les magasins et points de vente dédiés du pays. Les citoyens se déplacent d’un point de vente à un autre, d’un magasin à un autre, à la recherche de la semoule, comme le montre ce reportage de l’ENTV.

التأكيد على وفرة المنتوج من الحبوب والسميد

#معاكم_في_دياركم التأكيد على وفرة المنتوج من الحبوب والسميد

Publiée par ‎Télévision Algérienne – المؤسسة العمومية للتلفزيون الجزائري‎ sur Mardi 24 mars 2020

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent des files d’attente devant les magasins. Face à cette pénurie qui intervient en pleine crise sanitaire liée au coronavirus Covid-19, les Algériens semblent désarmés et les autorités pointent du doigt la spéculation et le stockage, sans parvenir toutefois à approvisionner le marché en quantités suffisantes.

Les minotiers réclament une augmentation de leurs quotas de blé dur pour pouvoir augmenter la production de la semoule, mais l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) fait la sourde oreille.

Le directeur général du groupe public agro-industries (Agrodiv) Kamel Abdiche a indiqué à l’agence officielle avoir demandé à l’OAIC de lui fournir davantage de blé pour faire face à la demande de la semoule.

L’OAIC « ne fournit pas au Groupe toute la matière première qu’il est capable de transformer en semoule, ce qui a poussé l’administration du groupe à formuler une demande auprès de l’Office afin d’augmenter les quantités pour atteindre ainsi un taux de production de 100% », a-t-il expliqué.

Le groupe agro-industries (Agrodiv) assure, au quotidien, une quantité de 90.000 quintaux de blé dur (semoule) et de blé tendre (farine), à travers les différents points de vente pour répondre à la forte demande des citoyens sur ces deux denrées, induite par les appréhensions et la peur de la propagation du coronavirus, a indiqué à l’APS le directeur général du groupe, Addiche Kamel.

Les capacités de production du groupe sont estimées à 52.300 quintaux/jour de blé dur (semoule) et 55.000 quintaux/jour de blé tendre (farine) assurés par les 29 minoteries du groupe.

De son côté, le directeur général de l’OAIC Abderahmane Bouchahda, dit qu' »il n’y a aucun changement ». « Nous distribuons 7,5 millions de quintaux de blé dur et tendre. Il n’y aucun changement, nous avons ce qu’il faut », a-t-il dit à l’ENTV.

  • Les derniers articles