search-form-close

Said Bouhadja répond à Nasser Bourita

Quelques jours après la réaction du MAE, c’est autour du président de l’APN de répondre aux allégations du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita concernant un prétendu soutien de l’Algérie au Hezbollah pour aider la cause sahraouie.

Lors d’une allocution ce mercredi à l’Assemblée nationale, à l’occasion de la « Journée internationale du vivre-ensemble en paix », coïncidant avec le 16 mai de chaque année, consacrée par l’ONU à l’initiative de l’Algérie, Said Bouhadja a estimé que les « récentes allégations marocaines n’entameront pas la position de l’Algérie inaliénable et en faveur de la cause sahraouie ».

« Ces allégations ont jeté l’émoi au sein de la communauté internationale, ce qui traduit l’échec, les mensonges et l’incapacité du Maroc à impliquer l’Algérie directement dans un conflit que le Conseil de Sécurité à déjà tranché », a-t-il affirmé.

 Comme l’avait réitéré le MAE dans une première réaction, le président de l’APN a indiqué que « l’Algérie continuera, en tant que pays voisin, à soutenir pleinement les efforts du Secrétaire général de l’ONU et de son Envoyé spécial pour le règlement définitif de la cause sahraouie, conformément à la Légalité internationale et aux principes des Nations Unies concernant la décolonisation ».

« L’Algérie continuera, dans le cadre du respect de ses engagements humanitaires, à apporter l’aide, la protection et le secours aux réfugiés sahraouis en attendant de parvenir à une solution définitive à cette question de manière à permettre leur retour à leur pays encore sous occupation marocaine », souligne-t-il.

Said Bouhadja n’a pas manqué de relever l’attachement des Sahraouis à la paix. « En dépit des longues années d’attente pour le parachèvement du processus de paix onusien concernant cette question, le peuple sahraoui a montré des images fortes du respect de la loi, de l’engagement politique et de la volonté à consacrer la paix, la sécurité et la stabilité en cherchant une solution à sa question », soutient le troisième homme de l’État algérien.

« Cette démarche a valu au peuple sahraoui respect et considération de la communauté internationale face à l’obstination marocaine, ses agissements irresponsables et sa politique de fuite en avant en dépit des grands échecs accumulés dans les tribunes régionales et internationales ».

| LIRE AUSSI : Sahara occidental : l’Algérie “prend acte”, le Polisario évoque un “tournant”

close