search-form-close
Réouverture des frontières de l’UE : l’Algérie maintenue dans la liste finale

Réouverture des frontières de l’UE : l’Algérie maintenue dans la liste finale

L’Algérie a été retenue dans la liste finale des Etats dont les voyageurs pourront de nouveau entrer sur le territoire de l’Union européenne à partir du 1er juillet prochain.

L’adoption formelle, et donc l’annonce officielle, devrait se faire ce mardi 30 juin, mais plusieurs sources diplomatiques citées par des médias, dont les Echos, assurent que « la liste est désormais figée », après de longues discussions pendant tout le week-end et ce lundi matin.

Ainsi, quinze jours après les frontières intérieures, l’UE et l’espace Schengen vont rouvrir les frontières extérieures, fermées depuis le 15 mars, à une quinzaine d’Etats que sont l’Algérie, l’Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l’Uruguay.

Le principal critère retenu concerne la situation épidémiologique. Elle doit être « semblable ou meilleure » que celle du Vieux continent, la barre étant fixée à un taux de nouveaux cas de Covid-19 inférieur ou égale sur les 14 derniers jours à 16 pour 100.000 habitants. Un critère qui a de facto exclu les Etats-Unis, mais pas la Chine.

En dépit des doutes émis par plusieurs Etats membres sur la fiabilité des données épidémiologiques que fournissent les autorités chinoises, l’UE va bien rouvrir ses frontières aux voyageurs de ce pays à partir du 1er juillet, à condition que la Chine accueille elle aussi des voyageurs européens.

La situation n’est néanmoins pas figée pour tout l’été puisque les Etats membres ont convenu d’actualiser la liste toutes les deux semaines.

L’ouverture des frontières ne signifie pas pour les ressortissants des pays concernés qu’ils pourront voyageurs dans l’Union européenne à partir du 1er juillet. Cela dépendra aussi des décisions que prendront leurs gouvernements respectifs, qui restent souverains en matière d’ouverture ou de fermeture de leurs frontières.

En Algérie, le président Abdelmadjid Tebboune a instruit dimanche 28 juin le gouvernement de maintenir les frontières fermées « jusqu’à ce que Dieu nous libère de ce fléau », donc sans fixer d’échéance pour la levée de la mesure.

  • Les derniers articles