search-form-close
Pourquoi les habitants de Lakhadria ont fermé l’autoroute Est-Ouest

Pourquoi les habitants de Lakhadria ont fermé l’autoroute Est-Ouest

L’autoroute est-ouest a été fermée ce mardi pendant deux heures au niveau de Lakhdaria dans la wilaya de Bouira, par des manifestants qui protestaient ainsi contre la pénurie d’eau potable dont ils souffrent depuis plusieurs jours. Ils ont voulu attirer l’attention des autorités locales, qui peinent à résoudre la crise de l’eau potable qui frappe cette région.

Les protestataires, des jeunes pour la plupart, ont mis des barricades (pierres et troncs d’arbres notamment) sur la voie autoroutière, qui relie Alger à l’est du pays, causant un énorme embouteillage, ce qui a amené la Gendarmerie à intervenir pour rouvrir le tronçon autoroutier aux automobilistes pris en otage deux heures durant.

« Nous voulons de l’eau potable, nos robinets sont à sec depuis la veille de l’Aïd. Nous avons fermé le siège de l’Algérienne des eaux, mais comme aucun responsable n’a daigné nous écouter, nous avons décidé de fermer l’autoroute pour attirer l’attention des autorités locales », ont expliqué quelques jeunes protestataires à l’agence officielle.

Les citoyens de la ville de Lakhdaria protestent depuis la veille de l’Aïd contre le manque d’eau potable avant de procéder à la fermeture du siège de l’ADE de la ville.

Alimentée à partir du barrage Koudiet Acerdoune, la ville de Lakhdaria, qui compte plus de 70 000 habitants, endure le calvaire de manque d’eau potable depuis plusieurs mois, notamment dans sa partie haute où plusieurs points noirs ont été recensés par les services de l’Algérienne des eaux (ADE).

« Le manque d’eau est dû à un déséquilibre de l’alimentation provoqué par les points noirs enregistrés notamment dans les quartiers El Kouir, Hamana, Lefnar, la cité musulmane et le quartier des 50 logements LSP », a expliqué le directeur de l’ADE de Bouira, Remdane Haouchène, selon la même source.

« Plusieurs solutions ont été dégagées par la Direction des ressources en eau afin d’éradiquer ces points noirs », a-t-il ajouté, soulignant que des travaux « seront engagés le plus rapidement possible » dans le cadre de la Caisse de garantie et de solidarité des collectivités locales (CGSCCL).

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close