search-form-close
Médecins spécialistes : « Le service civil a montré ses limites », reconnaît le gouvernement

Médecins spécialistes : « Le service civil a montré ses limites », reconnaît le gouvernement

Le ministre de la Santé Mohamed Miraoui a annoncé ce lundi que le gouvernement est en train d’élaborer une nouvelle stratégie pour inciter les médecins spécialistes à travailler dans les régions du Sud et des Hauts-Plateaux, estimant que « le service civil a montré ses limites ».

« Le service civil, comme il est conçu, a montré ses limites. On est en train de travailler avec d’autres secteurs, et même les partenaires sociaux seront associés, pour nous permettre d’avoir des solutions radicales pour permettre aux médecins spécialistes de travailler dans ces régions dans des conditions de travail financières qui va leur permettre d’exercer dans de meilleures conditions », a déclaré Mohamed Miraoui dans un entretien accordé à la radio nationale francophone.

Acquiesçant qu’il s’agit d’une « révision du service civil de fond en comble par rapport à ce qui a été adopté dans la loi sur la Santé », Mohamed Miraoui a estimé que « faire l’évaluation du service civil nous permettra de dire qu’il y a des insuffisances qu’il faut corriger ».

En réaction, le président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) Lyes Merabet a affirmé que ce « gouvernement illégitime » n’est pas habilité à proposer des mesures qui relèvent en fait de la politique de l’État en matière de santé publique, rapporte le quotidien El Watan.

« Nous attendons son départ et la mise en place d’un nouveau gouvernement qui serait adossé à une crédibilité puisée dans le choix du peuple », a affirmé M. Merabet.

Interrogé sur la couverture médicale dans certaines régions enclavées au sud, à l’intérieur du pays mais même dans des régions des wilayas du nord, le président du SNPSP a affirmé que celle-ci ne relève pas que du spécialiste et donc du service civil. Lyes Merabet a estimé dans ce contexte qu’il s’agit de l’échec d’une politique de santé représentant « une conséquence de la mauvaise gouvernance dans un pays rongé par une gestion clanique et mafieuse ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close