search-form-close
Le Parlement égyptien autorise une intervention militaire en Libye

Le Parlement égyptien autorise une intervention militaire en Libye

La crise en Libye, a franchi ce lundi une nouvelle étape vers l’escalade, avec la décision du Parlement égyptien d’autoriser le président Abdel Fattah al Sissi de lancer une éventuelle opération militaire en Libye. Le Parlement autorise le déploiement de l’armée à l’étranger pour combattre les « groupes terroristes » et les « milices », rapporte Reuters.

Cette autorisation était une simple formalité pour le raïs égyptien qui a désormais les mains libres pour lancer son armée dans le bourbier libyen. Il peut fixer la date et le calendrier.

Plus qu’aucun obstacle ne subsiste en effet sur le chemin de cette intervention, après l’autorisation du Parlement égyptien. Al Sissi avait déjà obtenu celle du Parlement de Toubrouk, qui représente le pouvoir de l’est libyen, qui avait autorisé formellement une éventuelle intervention militaire de l’Égypte sur le territoire libyen, pour contrer l’offensive des forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), soutenues par la Turquie.

« Aux forces armées égyptiennes d’intervenir pour protéger la sécurité nationale libyenne et égyptienne, si elles voient une menace imminente pour la sécurité de nos deux pays », avait affirmé le Parlement basé à l’Est dans un communiqué, publié il y a une semaine.

Les conditions posées par le président égyptien sont désormais sont remplies.

Concrètement, l’Égypte pourrait se retrouver en conflit armé direct avec la Turquie, sur le territoire libyen, théâtre d’un conflit armé, entre le GNA et le maréchal Hatfar depuis plusieurs mois.

Après l’échec du plan de paix égyptien pour la Libye qui a été dévoilé début juin au Caire, Al Sissi a changé de fusil d’épaule, en menaçant à maintes reprises d’intervenir militairement sur le territoire libyen, pour sauver le camp du maréchal Haftar, qui a subi d’importants revers militaires ces derniers mois face aux troupes du GNA.

Jeudi, Abdelfattah Al-Sissi avait affirmé que l’Égypte ne restera pas les bras croisés face à une menace directe contre la sécurité égyptienne et libyenne.

« Nous ne resterons pas passifs face à des mesures qui constituent une menace directe pour notre sécurité stratégique nationale à nos frontières occidentales, en particulier à la lumière des opérations de renforcement militaire croissantes à proximité de la ville de Syrte », a-t-il dit.

Le président égyptien s’exprimait en marge d’une rencontre avec des leaders tribaux libyens en provenance de Benghazi, bastion de l’Armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar.

Cette rencontre a été critiquée par le président Abdelmadjid Tebboune qui a déploré dimanche soir « les tentatives d’implication de certaines tribus libyennes dans le conflit armé ces dernières 24 heures ». Il a exprimé les inquiétudes de l’Algérie de voir « basculer la Libye dans le même sort que la Somalie « .

Le président de la république a assuré que le règlement de la crise libyenne « passe impérativement par la table du dialogue et que l’usage des armes n’a et ne sera jamais la solution ». Il a fait état d’une éventuelle initiative algéro-tunisienne, une possibilité de résoudre ce conflit qui menace la sécurité régionale.

  • Les derniers articles