search-form-close
L’avocat d’Abdou Semmar porte plainte contre le patron d’Ennahar Anis Rahmani

L’avocat d’Abdou Semmar porte plainte contre le patron d’Ennahar Anis Rahmani

Le directeur d’Ennahar TV Anis Rahmani a fait l’objet d’un dépôt de plainte pour « acharnement médiatique et diffamation » de la part de l’avocat du journaliste Abdou Semmar, lui-même poursuivi entre autres pour diffamation, rapporte ce dimanche le site Algériepart.

Abdou Semmar est actuellement en détention et est poursuivi pour « diffamation par voie de diffusion, menaces et atteinte à la vie privée des gens ». Les plaignants sont Anis Rahmani, directeur de la chaîne télévisée Ennahar TV, et le wali d’Alger Abdelkader Zoukh, précise la même source.

LIRE AUSSI : Incarcération du journaliste Abdou Semmar : « Le dossier est vide »

« La chaîne de télévision Ennahar a diffusé en boucle, pendant la journée du jeudi 25 octobre, des informations diffamatoires et erronées à l’encontre d’Abdou Semmar et de Merouane Boudiab les impliquant, sans aucune preuve, dans des délits plus graves, à savoir faire partie d’un réseau d’escrocs et de maîtres chanteurs qui extorquent des fonds et les transfèrent à l’étranger », affirme Algériepart, dont Abdou Semmar est l’éditeur.

LIRE AUSSI : Journalistes incarcérés : l’avocat de Semmar regrette l’absence de solidarité de la presse algérienne

Selon la même source, Ennahar « n’a pas hésité à diffuser des images les montrant menottés au tribunal ou encore en train d’être transférés en prison » et « est allée plus loin en diffusant des éléments de l’enquête censée être confidentiels jusqu’à la comparution des deux détenus, le 8 novembre prochain, en salissant leur réputation et en violant le principe de la présomption de l’innocence ».

« C’est pour ces raisons que l’avocat d’Abdou Semmar a déposé plainte auprès du Procureur de la République près de la Cour d’Alger contre Mohamed Mokadem, alias Anis Rahmani, directeur du groupe Ennahar, pour acharnement médiatique et diffamation à l’encontre de son client », indique Algériepart, estimant que « l’attitude d’Ennahar en tant que média ‘’est contraire à l’article 56 de la Constitution et aux conventions internationales ratifiées par l’Algérie’’ ».

close