search-form-close
L’Armée insiste sur l’organisation de la présidentielle dans « les plus brefs délais »

L’Armée insiste sur l’organisation de la présidentielle dans “les plus brefs délais”

L’Armée a réaffirmé ce mardi, dans le dernier numéro de sa revue El Djeich, la nécessité d’organiser les élections présidentielles dans « les plus brefs délais », et ce loin de toute tentative d' »imposer des diktats » et « de véhiculer des idées coloniales d’un autre âge ».

« La phase que nous traversons nécessite de faire prévaloir la légalité constitutionnelle à travers l’organisation d’élections présidentielles dans les plus brefs délais qui déboucheront sur l’élection d’un président de la République ayant le désir de servir le pays et le peuple en toute sincérité. Ceci, loin de toute surenchère ou tentative d’imposer des conditions irréalisables, des dictats et de véhiculer des idées coloniales d’un autre âge, condamnées par l’Histoire et rejetées par le peuple », écrit l’éditorialiste d’El Djeich.

L’Armée affirme que le peuple algérien a approuvé le choix de la présidentielle dans « les plus brefs délais », et s’attaque violemment aux partisans de la période de transition.

« Au moment où le peuple algérien, dans toutes ses composantes, a approuvé cette démarche sérieuse de sortie de crise en se rangeant aux côtés de l’ANP, exprimant ainsi son adhésion à son approche reposant sur le dialogue rationnel sans exclusive dans le cadre de la légalité constitutionnelle, certaines parties tentent de semer des embûches dans le processus de dialogue, en faisant valoir la nécessité d’une période de transition afin d’entraîner le pays dans le piège du vide constitutionnel, dans une tentative d’abuser et de tromper l’opinion publique interne et étrangère, en véhiculant des idées douteuses et empoisonnées », estime El Djeich.

L’ANP poursuit en affirmant que ces parties « semblent ignorer que l’ère des dictats et de la fabrication des présidents est définitivement révolue ».

L’Armée affirme que « ces parties et leurs acolytes conspirent contre l’institution militaire et s’emploient à semer le doute sur ses intentions et ses efforts, à travers certaines plumes mercenaires, certaines chaînes douteuses et partis rejetés par le peuple ».

Pour elle, les partisans de la transition « n’ont d’autre argument que la critique et le dénigrement dans le seul souci de concrétiser des intérêts étroits au détriment des intérêts suprêmes de la patrie, exprimant leurs doutes sur l’ANP, sur l’instance nationale de médiation et de dialogue, sur les slogans brandis par le peuple lors de ses marches pacifiques ainsi que sur l’appareil judiciaire. »

L’ANP ajoute que « la justice, après avoir recouvré l’ensemble de ses prérogatives, sa liberté, ainsi que sa véritable vocation, continuera d’appliquer la loi contre les corrompus, leurs complices et de combattre le mal sous toutes ses formes, dans tous les domaines et à tous les niveaux ».

Elle réaffirme « sa détermination à accompagner le peuple et les institutions de l’État ainsi que le processus de dialogue car constituant la meilleure option pour préserver la sécurité et la stabilité de l’Algérie ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close