search-form-close
L’Algérie est-elle le nouveau berceau de l’humanité ?

L’Algérie est-elle le nouveau berceau de l’humanité ?

DR
Le professeur Sahnouni durant les fouilles

Le professeur Mohamed Sahnouni est le chef du groupe de recherche qui a mené les fouilles sur le site d’Ain Boucherit à Sétif. Ces fouilles ont abouti à la découverte de traces d’une présence humaine dans la région remontant à plus de 2,4 millions d’années. Cette découverte majeure remet en question ce qui était jusqu’à présent connu sur les premiers peuplements humains en Afrique et dans le monde. Entretien.

En quoi consiste la découverte que vous avez faite à Ain Boucherit et quelle est la nature des objets découverts ?

Cette découverte a mis en évidence 2 dépôts archéologiques datés de 2,4 millions d’années et 1.9 million d’années renfermant des outils taillés associés à des restes fossiles d’animaux adaptés à l’écologie de savane. Les outils taillés sont de technologie Oldowayenne qui est la plus ancienne civilisation humaine. Des exemplaires des fossiles d’animaux associés in situ portent des traces de découpe (boucherie) qui témoignent du régime alimentaire des premiers humains ainsi que le mode d’acquisition de la viande animale.

Depuis quand avez-vous commencé vos recherches à Ain Boucherit et quelles sont les techniques qui y ont été utilisées ?

Les travaux d’Ain Boucherit font partie du projet de recherche d’Ain Hanech lancé durant les années 1990, mais l’exploration d’Ain Boucherit elle-même a débuté en 2008. Les techniques les plus modernes ont été utilisées depuis les prospections archéologiques et géologiques, les fouilles et la documentation archéologique jusqu’aux datations des restes découverts. Ce dernier aspect des recherches était le plus ardu à entreprendre parce que la pertinence des découvertes dépendait des datations. On a appliqué trois méthodes : le paléomagnétisme ou inversion du champ magnétique terrestre au cours du temps, la résonance paramagnétique électronique ou Electron Spin Resonance en anglais, et la biochronologie des grands mammifères fossiles associés aux restes archéologiques découverts, notamment le mastodonte (Annacus), les suidés, et les Equus.

Qui étaient ces hommes à qui appartenaient les outils découverts ?

On ne connait pas exactement qui étaient ces premiers hommes parce qu’on ne les a pas encore découverts. Toutefois, il y a la découverte de deux mandibules (mâchoires) en Ethiopie, l’une est datée de 2,4 millions d’années et la seconde de 2,8 millions d’années qui pourraient être des candidats ayant confectionné ces outils taillés mais leur taxonomie spécifique n’est pas déterminée à cause des limitations diagnostiques des mandibules. Cependant, il est très possible qu’ils ont été faits par les premiers représentants du genre Homo.

Qu’est-ce que votre étude nous apprend sur l’environnement dans lequel ont vécu ces humains en Algérie il y a plus de 2,4 millions d’années ?

D’après nos études stratigraphique, paléontologique et isotopique, l’environnement de ces premiers humains consistait en une savane relativement ouverte avec des points d’eau permanents supportant des animaux comme des éléphants, hippopotames, rhinocéros, équidés (proches des zèbres), une variété d’antilopes, des carnivores, des crocodiles. En résumé, l’environnement était similaire à la savane d’Afrique.

Peut-on parler, grâce à cette découverte, de l’Algérie et de l’Afrique du nord comme le berceau de l’humanité au même titre que l’Afrique de l’est ?

Notre principale conclusion dans l’article est qu’il se pourrait qu’il y a eu plus d’un berceau d’humanité en Afrique, et l’Afrique du Nord serait un.

C’est toute l’Afrique qui prend une nouvelle dimension alors ?

Effectivement.

Une équipe internationale a mené les travaux de recherche, quelle était sa composition et quel était le rôle de chaque partie ?

L’équipe internationale comprenait des chercheurs algériens du CNRPAH (Alger), le Centre National de Recherches sur l’Evolution Humaine (CENIEH, Espagne), le Musée des Sciences Naturelle de Madrid (Espagne), les Universités Alger 2 et Sétif 2, le Museum National d’Histoire Naturelle (Paris, France) et l’Université de Griffith (Brisbane, Australie). Comme la recherche est pluridisciplinaire, chaque chercheur avait une tache spécifique à entreprendre. Toutefois, le leadership est entièrement algérien, moi-même j’ai dirigé le projet, et c’est au CENIEH (Espagne), où je suis également Professeur et Coordinateur du Programme d’Archéologie, que les datations ont été effectuées.

Nos confrères vous ont attribué des propos dans lesquels vous affirmez que la partie française a essayé de cacher une partie des découvertes, voire de réfuter l’ancienneté de la découverte. Qu’en est-il réellement ?

Durant la conférence de presse donnée au siège du CNRPAH, Il y avait une question d’une journaliste sur les résistances rencontrées. J’ai répondu qu’on a eu des oppositions par des chercheurs français à nos premiers résultats de datation de 1,8 million d’années pour le site d’Ain el Hanech publiés en 2002 en cachant des données pour faire valoir leur travaux entrepris dans un autre pays. Mais cela ne concerne pas du tout Ain Boucherit puisque les découvertes étaient top secret jusqu’à leur publication jeudi passé après la fin de l’embargo.

close