search-form-close
La position non tranchée de l’armée est-elle un facteur de blocage ?

La position non tranchée de l’armée est-elle un facteur de blocage ?

Ahmed Gaïd-Salah, en visite dans la quatrième région militaire à partir de ce lundi 15 avril, ne s’exprimera pas sur la situation politique que demain, mardi.

Il est attendu du chef d’état-major de l’ANP de clarifier la position jusque-là ambiguë de l’institution qu’il dirige. Les retombées du huitième vendredi de contestation lui imposent de lever les équivoques.

Les manifestants attendent de savoir si oui ou non la dérive répressive des forces de l’ordre a fait suite au discours d’Ahmed Gaïd-Salah à Oran, le 10 avril, au cours duquel il avait parlé de revendications irréalisables et brandi les épouvantails de la main étrangère et de l’état d’exception.

Les Algériens, qui ont réitéré leur refus de la transition telle que défendue jusque-là par le chef de l’armée, sont aussi dans l’attente de savoir si, pour celui-ci, la solution dans le cadre constitutionnel demeure un choix irréversible.

Plus clairement, Gaïd-Salah invitera-t-il les « trois B » à partir ou, au contraire, tentera-t-il de nouveau de convaincre les manifestants d’accepter le fait accompli de la situation induite par l’application de l’article 102 ?

L’ambiguïté de la position du commandement de l’ANP réside dans son insistance à suivre la voie constitutionnelle qui induit un soutien tacite aux « trois B » et son empressement à rappeler à chaque fois que l’armée est aux côtés du peuple qui, lui, rejette justement catégoriquement l’idée d’une transition gérée par Abdelkader Bensalah, Noureddine Bedoui et Tayeb Belaïz.

La semaine passée a vu d’ailleurs le chef de l’armée essuyer les premières critiques depuis le début du mouvement populaire. Une partie de la rue lui a signifié qu’il est temps de se déterminer et des personnalités de l’opposition, comme Saïd Sadi, l’ont invité à partir.

La position non tranché de l’armée est-elle un facteur de blocage ? En tout cas, elle semble intenable à terme. Le peuple a montré toute son intransigeance et le processus que défend Gaïd-Salah, soit l’organisation d’une élection présidentielle conformément à la lettre de la Constitution, risque de déboucher au pire sur des dérapages, au mieux sur des institutions illégitimes.

Des visites ministérielles sont empêchées par la population, des élus locaux ont annoncé leur décision de ne pas organiser le scrutin et des magistrats refusent de le superviser. Ce n’est qu’un avant-goût de l’impasse vers laquelle se dirige le pays.

Quand bien même les menaces, les manœuvres et la répression viendront à bout des manifestations et le processus électoral ira au bout contre l’avis unanime du peuple, de quelle légitimité se prévaudront les institutions qui en émergeront ? Il va sans dire que ni le peuple ni le pouvoir ne gagneront à faire un bond de vingt ans en arrière et à reproduire la même situation qui a mené au soulèvement du 22 février.

L’Algérie a assez perdu de temps et ne peut se permettre de revivre les errements du passés. Le commandement de l’armée doit se déterminer, et le plus vite sera le mieux.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close