search-form-close
Karim Tabbou placé en isolement, sa défense boycotte la Chambre d’accusation et dénonce

Karim Tabbou placé en isolement, sa défense boycotte la Chambre d’accusation et dénonce

Le collectif de défense de Karim Tabbou a décidé de boycotter les plaidoiries devant la Chambre d’accusation de la Cour d’Alger qui doit examiner, ce mercredi 9 octobre, l’appel de mise sous mandat de dépôt du militant politique, a appris TSA auprès de Me Mostefa Bouchachi et Me Zoubida Assoul.

« Vu que la Chambre d’accusation a confirmé pour les autres détenus, nous ne voyons pas d’utilité de plaider. Dimanche passé, on a plaidé pour Fodil Boumala et vous avez vu le résultat (le journaliste et activiste a été maintenu en détention provisoire, NDLR). On a également plaidé pour d’autres détenus d’opinion et ce sont toujours les mêmes décisions. C’est pourquoi, nous voyons qu’il ne sert plus à rien de plaider devant cette Chambre d’accusation », explique Me Bouchachi.

Me Assoul abonde dans le même sens : « Il sert à quoi d’aller plaider devant une Chambre d’accusation qui n’écoute pas et qui ne met pas une halte à toutes ces violations de la procédure, qui ne respecte pas un citoyen dans ses droits constitutionnels et légaux ? C’est une décision collégiale concertée avec le prévenu lui-même. La défense met la justice devant ses propres responsabilités ».

L’avocate affirme qu’« il y a eu énormément de violations » des droits du prévenu Karim Tabbou. « Il a été enlevé près de chez lui un jeudi. Il n’a pas eu droit à un appel téléphonique à sa famille et n’a pas eu droit à un avocat. Des droits pourtant consacrés dans le Code de procédures pénales et aussi dans la Constitution. Il a été violenté lors de son interrogatoire, insulté et injurié », relate-t-elle.

Karim Tabbou est placé en isolement dans la prison de Koléa, comme lors de sa première arrestation. « Il est placé seul dans une cellule individuelle dans un quartier qui s’appelle El Hofra où il n’y à l’étage que des condamnés à mort. Même quand il sort dans la cour, il est seul ».

Selon Me Assoul, une telle décision ferait suite « à des instructions émanant des responsables du ministère de la Justice qui craignent un contact entre Tabbou avec les autres détenus ». Pour l’avocate, « rien ne justifie » de placer Karim Tabbou dans l’isolement.

« Ce n’est pas un criminel mais un homme politique qui a été emprisonné pour ses positions politiques. Il ne représente aucun danger », insiste-t-elle.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close