search-form-close
Hausse des contaminations : « Il faut une union sacrée »

Hausse des contaminations : « Il faut une union sacrée »

Face à la hausse des contaminations, Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du comité de suivi de l’épidémie Covid-19, appelle à l’« union sacrée » pour endiguer l’épidémie.

En plus de la sensibilisation de la population à qui il faut marteler les mesures de prévention, « la force doit revenir à la loi » pour faire respecter ces mesures, estime le médecin dans une déclaration à TSA ce dimanche 28 juin.

L’Algérie connait une recrudescence des contaminations avec un record de 305 cas confirmés Covid-19 aujourd’hui. C’est le troisième record quotidien consécutif, avec ceux enregistrés vendredi (240) et samedi (283).

Pour le président du Conseil de l’ordre des médecins, malgré l’inquiétude qu’elle suscite, la situation n’est pas aussi catastrophique comme le soulignent certains professionnels qui n’hésitent pas à alerter que la situation va devenir incontrôlable.

« L’Algérie enregistre une augmentation quotidienne des cas positifs. Quelque part, il y a eu un défaut de prévention dans certaines wilayas », soutient Dr Bekkat Berkani. « La situation est tout à fait contrôlable, assure-t-il. Ce ne sont pas 305 cas de malades déclarés positifs qui vont mettre à genou l’Algérie ».

Le membre du comité scientifique Covid-19 soutient que l’Algérie « possède encore tous les moyens » pour faire face à l’épidémie. Selon Dr Bekkat Berkani le citoyen « spontanément ou de façon coercitive » doivent adopter les gestes barrières.

Parallèlement, le travail d’identification des clusters doit se faire rapidement d’autant que la plupart des cas sont des foyers familiaux, estime Dr Bekkat Berkani. Il prône « l’application de la loi » pour faire respecter les gestes barrières.

« Nous sommes dans un état d’exception sanitaire qui demande une réponse proportionnée de la part des autorités », plaide le président du Conseil de l’ordre des médecins. Ce dernier déplore l’absence de la société civile et de la classe politique sur le terrain de la sensibilisation à un moment où leur présence est plus que souhaitée.

« Il faut une union sacrée. Qui mieux que les associations locales pour faire passer le message dans les quartiers, les villages et les douars, etc. Où sont les partis politiques qui organisent des congrès dans des grandes salles pour élire des personnes qui de toute façon ne représentent qu’elles-mêmes ? La seule politique qui vaille d’être exercée à présent c’est comment sortir de la Covid-19 », conclut Dr Bekkat Berkani.

  • Les derniers articles