search-form-close
« Golf diplomacy » : pourquoi Xi Jinping ne jouera pas au golf avec Donald Trump

“Golf diplomacy” : pourquoi Xi Jinping ne jouera pas au golf avec Donald Trump

Carlos Barria / Reuters
XI Jinping et son homologue américain Donald Trump se sont rencontrés pour la première fois jeudi, en Floride.

Le président chinois a atterri jeudi en Floride pour passer deux jours en compagnie de Donald Trump. Une première. Pour briser la glace, le président américain a dû faire une croix sur une partie de golf, ce « sport de milliardaires » banni par le parti communiste chinois.

Non, il n’y aura pas de partie de golf entre Donald Trump et son homologue Xi Jinping. Et ce n’est pas uniquement parce que le président chinois est fan de football. Les dirigeants des deux premières puissances économiques mondiales se retrouvaient pour la première fois jeudi et vendredi dans la luxueuse résidence Mar-a-Lago (Floride) de Donald Trump. « Il est prudent de dire qu’il n’y aura aucune partie de golf », prenait le soin de préciser dans un communiqué de la Maison Blanche en début de semaine.

Au pouvoir depuis 2013, Xi Jinping a fait du golf l’un des symboles de sa lutte contre la corruption. Perçu comme un sport élitiste, réservé à une poignée de privilégiés, le sport a été interdit par le parti communiste chinois en octobre 2015. Pour compléter ce code de bonne conduite, le parti en profite, au passage, pour prohiber l’abus « de la nourriture et de la boisson » et condamner les « relations sexuelles inappropriées ».

Le golf, un « sport de milliardaires » pour Mao Zedong

Le golf a été ciblé par les critiques du parti communiste chinois depuis son accession au pouvoir, en 1949. Mao Zedong condamnait alors un « sport de milliardaires ». Les green de l’époque, construits pour les étrangers, ont été aménagés en parcs, zoos ou encore en fermes, raconte le New York Times.

En 2004, le parti communiste interdit la construction de nouveaux terrains de golf, alors estimés à 200 en Chine, rapporte The Independent. La raison officielle : préserver les terres fertiles et réduire la consommation d’eau. La Chine a depuis adouci sa position – en apparence. En avril dernier, l’Inspection de Discipline et de la Surveillance, le journal officiel de l’agence chinoise de lutte contre la corruption, a déclaré : « Puisqu’il ne s’agit que d’un sport, il n’y a rien de bien ou de mal à jouer au golf », rapporte le Guardian« En soi, jouer au golf n’est pas un acte répréhensible », a corroboré le journal China Daily. Les fermetures de terrains de golf se poursuivent pourtant. En janvier, 111 greens ont été fermés dans toute la Chine.

 « Plus d’information sur l’économie et la finance sur latribune.fr »

 

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close