search-form-close
FLN : Djemai appelle la classe politique au dialogue et hausse le ton contre Bouchareb

FLN : Djemai appelle la classe politique au dialogue et hausse le ton contre Bouchareb

Mohamed Djemai a lancé, ce mardi 11 juin, un appel à la classe politique pour un dialogue en vue d’une sortie de crise. « J’appelle l’ensemble des formations politiques nationalistes à engager un dialogue au cours duquel nous aurons à débattre et à échanger nos points de vue pour trouver rapidement un mécanisme de règlement de la crise » a lancé le secrétaire général du FLN lors de son allocution d’ouverture d’une rencontre avec les groupes parlementaires de l’assemblée nationale et du sénat.

Pour le patron du FLN, le dialogue doit avoir un seul objectif : « Un seul point à l’ordre du jour du dialogue : comment aller rapidement à des élections présidentielles », a-t-il précisé. Pour Mohamed Djemai, « la situation urge ». D’où l’impératif de « trouver une sortie de crise dans les plus brefs délais ». « La persistance de la crise actuelle peut déboucher sur une situation délétère pour le pays », a-t-il ajouté.

Mohamed Djemai estime que la prise en charge de la crise « est de la responsabilité de tous ». Il fait remarquer que « les divergences de points de vue entre les partis ne devraient pas être un obstacle à une concertation en bonne et due forme pour éviter au pays des lendemains incertains ».

« Il y a des responsables qui ont peur »

Mohamed Djemai affirme que la crise actuelle pèse sur l’économie. Il évoque la « peur qui a gagné certains responsables » dans le secteur économique. Résultat : « La machine économique est à l’arrêt », a-t-il dit.

« Je ne vois pas pourquoi des responsables qui n’ont rien fait ont peur. En raison de cette peur, ils ont laissé la machine économique à l’arrêt ce qui pénalise lourdement le pays » a-t-il expliqué avant d’interpeller les parlementaires présents : « En tant que parlementaires, vous devez traveilleur à la relance de la machine économique car dans le cas où les choses restent en l’état, le spectre du chômage nous guettera dans un contexte de baisse du prix du baril de pétrole ».

« Bouchareb, tu partiras par la force s’il le faut »

Lors de la rencontre de ce mardi, Mohamed Djemai a haussé le ton à l’endroit de l’actuel président de l’assemblée nationale, Mouad Bouchareb. « Nous avons usé avec lui de toutes les voix du dialogue, mais s’il pense qu’après lui c’est le déluge et bien nous utiliserons tous les moyens pour provoquer son départ, y compris l’utilisation de la force ».

Accusant Bouchareb de vouloir créer une « sédition au sein des groupes parlementaires du sénat et de l’APN à travers des manœuvres condamnables », Djemai a affirmé : « dans tous les cas de figure, notre promesse de répondre à l’exigence du peuple à travers le départ de Bouchareb, sera tenue ». « Le départ de Bouchareb est une condition sine qua none de stabilité de l’assemblée nationale » a-t-il plaidé.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close