search-form-close
41e vendredi : les principaux événements

41e vendredi : les principaux événements

22h00. Fin de ce direct.

Lire sur TSA : VIDÉO. Alger : Louisa Ighilahriz s’exprime sur le 41e vendredi

18h38. La journaliste Leila Berrato, correspondante de RFI à Alger, a été arrêtée puis relâchée. Elle a été interpellée alors qu’elle couvrait la manifestation du 41e vendredi devant la Grande Poste.


18h01. Alger, « khilini nrouh fi babor louh », ont scandé les manifestants.


18h00. Les Algériens ont manifesté ce vendredi pour la 41e fois consécutive depuis le 22 février. Ils ont réitéré leur rejet des présidentielles, réclamé le départ des symboles du régime, la libération des détenus d’opinion et un véritable changement. Les manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes : Alger, Oran, Constantine, Tlemcen, Annaba, Bejaia, Tizi Ouzou, Bouira, Sidi Bel Abbes, Relizane, Mascara, Ouargla, Tipaza, El Oued, Mila, Khenchela, Ghardaïa, Saida, El Bayadh, Jijel, Médéa, Mila….

17h45. Alger, les manifestants ont scandé : « les Algériens ».


17h30. Alger, les manifestants s’écartent pour laisser passer une ambulance.


17h16. Mascara: Pour le 41e vendredi consécutif de mobilisation, les manifestants ont longuement marché dans la rue pour réitérer leur hostilité vis à vis du processus électoral prévu en décembre. Les manifestants en majorité des jeunes, ont également appelé à la libération des prisonniers d’opinion.

17h16. Alger, les manifestants commencent à se disperser dans le calme.

 

Photo : TSA


17h10. Alger : l’impressionnant cortège des manifestants en provenance de Bab el oued et la Casbah


17h05. Alger, les manifestants scandent » ne nous faites pas peur avec la décennie rouge ».


17h00. Alger, la rue Didouche est toujours noire de monde.

Photo : TSA


Lire sur TSA :  VIDÉO. Gaid Salah : « On ne soutient aucun candidat »

16h26. Relizane : le nombre des manifestants aujourd’hui est en hausse par rapports aux vendredis passés. Le rejet des élections et la libération des détenus d’opinion ont été les principaux mots d’ordre exprimés par les manifestants.

16h25. Alger : les manifestants continuent de défiler dans le centre-ville, où un imposant dispositif de sécurité est déployé. De nombreux espaces sont interdits aux manifestants.

16h15. Mostaganem : les manifestants ont rendu hommage au détenu Daouadji Brahim, en prison depuis plus d’un mois.


16h10. Alger : « Hna ouled Amirouche… », scandent les manifestants.


16h06. Tlemcen : de nombreux citoyens sont sortis ce vendredi pour dire non aux élections. Ils ont marqué une halte devant la prison de la ville pour réclamer la libération des détenus d’opinion.

>> Lire sur TSA : Présidentielle : 72 journalistes étrangers accrédités

16h05. Alger : les manifestants expriment leur détermination à faire avorter l’élection.


16h01. Mostaganem : une imposante marche se déroule en ce moment dans la ville contre la tenue des élections dans les conditions actuelles (www.mostaganem-aujourdhui.com)


16h00. Oran : la mobilisation est intacte. Un rassemblement est organisé actuellement devant le siège de la wilaya. « Ahia Zabana, silmiya
silmiya, anjibou el houria li yessra issir (Oh Zabana, nous somme mobilisés pacifiquement pour que l’Algérie soit indépendante advient
que pourra) », scande la foule qui se dit très déterminée à poursuivre le combat pacifique pour la démocratie.

15h41. Tizi Ouzou : « Ma tkhoufounach bel achria… », scandent les manifestants.


15h40. Alger : la police est fortement présente ce vendredi, occupant de nombreux espaces utilisés par les manifestants.

15h33. Constantine : « Hna ouled Amirouche… », scandent les manifestants.

 


15h28. Constantine : des milliers de personnes manifestent actuellement dans les rues de la ville :  « Makanch lvote y s’hab el casss-croûte ».


15h26. Tizi Ouzou : les manifestants scandent ; « Oulach lvote ».


15h25. Des manifestations pacifiques se déroulent actuellement dans plusieurs villes du pays (Alger, Oran, Mostaganem, Jijel, Sidi Bel Abbes, Bouira, Bejaia, Tizi Ouzou, Blida, Tipaza…) pour réclamer le changement, la libération des détenus et le départ des symboles du régime. Ils réitèrent leur rejet de la présidentielle du 12 décembre.

15h20. Oran : il y a une grande mobilisation dans la rue. « Leblad tedi el istiqlal (l’Algérie sera indépendante) », réitère la foule dans une
ambiance très festive.

15h15. Constantine : les manifestants disent non aux élections avec la bande.


15h05. Constantine : la manifestation du 41 vendredi à commencé.


15h03. Mostaganem : la manifestation du 41e vendredi draine la foule comme d’habitude.


15h02. Oran : « Makanch intikhabat maa el aissabate (Il n’y aura pas de d’élections avec la bande) », clame la foule.

14h53. Des marches se déroulent à Tipaza, Hadjout et Dellys.

14h50. Bouira : la manifestation se déroule dans le calme, trois jours après les affrontements de mardi et l’empêchement du meeting de Benflis. Les manifestants multiplient les appels au calme en scandant : « Silmya silmya ».


14h46. Oran : la rue Larbi Ben M’hidi est pleine de monde. « Libérez les détenus d’opinion », réclament les manifestants.

14h42. Alger : le message d’une manifestante sur l’avenir de l’Algérie.


14h40. Alger : les manifestants disent non à la tutelle étrangère ou interne sur la volonté du peuple.


14h31. Oran : des milliers de personnes manifestent en ce moment dans le centre-ville. « eo, leblad bladna, dawla madania, makanch el vote (L’Algérie est notre pays, pour un Etat civil, il n’y aura pas de vote) », scandent les manifestants.

14h30. Alger : les manifestants rendent hommage à Karim Tabbou.

14h29. Alger : les manifestants brandissent une longue banderole avec les portraits des détenus du hirak.


14h28. Alger : la femme et les enfants de Tabbou participent à la manifestation.


14h25. Tizi Ouzou : les manifestants scandent « Pouvoir assassin ».


14h23. Alger : les manifestants appellent à faire avorter le vote.


14h06. Jijel : la manifestation du 41e vendredi vient de commencer.

14h03. Alger : les manifestants brandissent de nombreuses pancartes où il est inscrit non aux élections.


14h02. Alger : les manifestants scandent : « Main dans la main, on obtiendra l’indépendance ».

14h00. Bejaia, imposante foule dans le centre-ville pour le 41e vendredi. Les manifestants réclament la libération des détenus du hirak, disent non aux élections.


13h57. Alger : les manifestants disent non aux élections.


13h55. A Tizi Ouzou, la manifestation du 41e vendredi est en cours. Une foule imposante manifeste et scande des slogans hostiles aux symboles du régime et à la présidentielle.


13h54. Alger : les manifestants déferlent sur le centre-ville ville après la fin de la prière. La rue Didouche est noire de monde. La manifestation s’annonce imposante.


13h35. Bouira : la marche du 41e vendredi a commencé.


12h50. Alger : les manifestants scandent : « Pouvoir assassin ».


12h33. Alger : retour au calme après une tentative de la police de disperser les manifestants.


12h15. Alger : tensions entre manifestants et la police.


12h10. Alger : la police procède à des arrestations et tire du gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.


11h50. Alger : il fait beau, les manifestants défilent dans le centre-ville. Ils sont plus nombreux que vendredi dernier à la même heure.

11h47. Alger : un manifestant explique à sa façon le « piège » du vote le 12 décembre.


11h45. Alger : les manifestants scandent : « Talbin Hurriya ».


11h40. Alger : un manifestant offre des crêpes (baghrir) aux manifestants.


11h33. Alger : les manifestants réclament la libération des détenus du hirak.


11h20. Alger : la manifestation du 41e vendredi a commencé. Les manifestants scandent des slogans hostiles au pouvoir.


Les Algériens s’apprêtent à manifester ce vendredi 29 novembre, pour la 41e fois consécutive depuis le début du mouvement populaire pour le changement le 22 février dernier.

Le 41e acte du hirak intervient à moins de deux semaines du scrutin du 12 décembre et dans un contexte particulier, marqué par l’adoption hier jeudi par le Parlement européen d’une résolution sur l’Algérie, la poursuite de la campagne électorale et des manifestations anti-présidentielles ainsi que les arrestations des manifestants et des activistes.

Jeudi, le Parlement européen a condamné « fermement les arrestations arbitraires et illégales ainsi que l’emprisonnement, les attaques et les intimidations de journalistes, syndicalistes, avocats, étudiants, défenseurs des droits de l’Homme et de manifestants pacifiques qui prennent part aux manifestations du Hirak ».

L’Algérie a réagi en dénonçant le « mépris » du Parlement européen, et accusé des eurodéputés de promouvoir « ouvertement leur agenda du chaos provoqué, qu’ils ont malheureusement mis en œuvre dans bien des pays frères ».

Et pour montrer qu’il n’a pas tenu de la résolution du Parlement européen, le pouvoir a poursuivi hier sa campagne d’arrestations et d’incarcérations d’activistes du Hirak et de manifestants.

Des hommes politiques comme Soufiane Djilali et Abdelaziz Rahabi, qui boycottent la présidentielle et participent aux marches populaires, ont critiqué la résolution du Parlement européen, ce qui montre à quel point le sujet de l’ingérence étrangère est sensible en Algérie.

Ce vendredi, les manifestants devraient s’exprimer eux aussi sur le soutien du Parlement européen au Hirak, sans oublier le sujet principal qui est le rejet de la présidentielle et la libération des détenus d’opinion.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close