search-form-close
Dire la vérité sur Audin et sur les 3000 disparus algériens, victimes des « pouvoirs spéciaux »

Dire la vérité sur Audin et sur les 3000 disparus algériens, victimes des « pouvoirs spéciaux »

Gilles Manceron est historien français, spécialiste des questions coloniales. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages. Il a participé au 23e Salon international du livre d’Alger (Sila) à un débat sur Maurice Audin, intitulé “Audin, et les autres ?”

Le président français Emmanuel Macron a reconnu, le 13 septembre 2018, soixante ans après, un crime d’État à propos de Maurice Audin, militant anticolonialiste communiste. Que s’est-il passé pour qu’il ait cette reconnaissance ?

Il y a eu un long combat d’un certain nombre de personnalités qui ont demandé que la vérité soit dite. Un combat, qui a duré plus de soixante ans, et qui a commencé dès l’époque de la guerre d’indépendance algérienne, vers 1957 et 1958 et les années d’après. Il a été mené par des universitaires, des associations et des personnalités. Cette affaire était mieux connue que d’autres cas. Audin était un jeune mathématicien qui s’apprêtait à soutenir sa thèse. Dans le monde universitaire, il y a eu une solidarité qui s’est manifestée.

Et, pourquoi ce combat n’a pas abouti en soixante ans ?

Parce que l’État français a une lourde confession, une reconnaissance à faire. Cela veut dire qu’il a organisé une activité criminelle. C’est dur et long pour cet État de reconnaître qu’il avait avalisé, autorisé et mis en place, par l’intermédiaire de son armée, un système criminel de torture et de disparitions forcées à grande échelle.

Le président Macron a reconnu l’existence d’un système qui a permis tout cela…

Oui, je crois que c’est le plus important, au delà du cas individuel de Maurice Audin. Le président est allé présenter une sorte d’excuses à l’épouse de Audin qui, aujourd’hui, est âgée de 87 ans. Là, il y a eu la reconnaissance du système qui était pratiqué largement. Beaucoup d’Algériens ont été victimes de ce système.

Vous plaidez et vous lancez même une campagne pour qu’on reconnaisse les disparus algériens de la période des « pouvoirs spéciaux ». Ils sont combien ?

La période qu’on a qualifiée « La bataille d’Alger » était, en fait, une grande répression militaire à Alger en 1957. Cela a commencé en janvier de la même année. Les parachutistes étaient chargés de pouvoir de police. Cela s’est poursuivi jusqu’à septembre 1957. Durant cette période, plus de 3000 Algériens qui ont été enlevés, torturés et souvent disparus.

La disparition forcée est considérée comme un crime continue, selon le droit international, pensez-vous que les familles sont en mesure d’engager des poursuites pénales et d’exiger la vérité ?

La vérité est importante, savoir exactement ce qui s’est passé. Et, puis il ya la question de la sépulture. Pour faire le deuil, il faut savoir où se trouvent inhumées les personnes concernées pour pouvoir leur rendre hommage, faire ce geste symbolique de deuil. C’est une exigence complètement légitime. La disparition est un crime de guerre reconnu par le droit international.Il faut donc dire la vérité. Il est difficile de réparer l’absence d’un être cher. Je crois que c’est surtout moral. On ne se substitue pas aux familles qui ont le droit d’engager toutes les procédures qu’elles souhaitent.

Pensez vous que l’État français va reconnaître le cas de ces 3000 disparus algériens ?

Et bien, c’est ce que nous lui demandons. Nous, cela veut dire les associations qui s’étaient mobilisées pour la reconnaissance de Maurice Audin et qui, dès le lendemain de cette reconnaissance (par le président Macron), ont lancé un site internet 1000autres.org pour les milliers autres Maurice Audin, si on peut dire. Tous les Algériens qui ont connu un sort comparable.

Avez-vous eu des réactions après le lancement du site ?

Oui. Dès la mise en ligne du site, nous avons reçu un message de quelqu’un qui disait que sa mère était bouleversée après avoir vu l’affiche de recherche établie à la demande des familles. Il nous disait que son père était disparu. Il avait fait des demandes de recherche. Il nous a écrit pour dévoiler ce que la tradition familliale lui a racontée comme histoire par rapport à la disparition de son père. Ce message exprimait une forme ou un début de soulagement. On pourrait progresser plus vers ce soulagement à travers un lieu d’inhumation ou quelque chose qui en ressemble, un geste.

Avez vous les noms de ces disparus ?

Justement. Pour ouvrir le site internet, nous avons tiré partie d’un fichier retrouvé dans les Archives nationales d’outre-mer qui sont à Aix en Provence (Sud de la France). Nous avons trouvé dans le fond d’archives de la préfecture d’Alger de l’époque, un millier de fiches cartonnées qui étaient remplies quand des familles demandaient des renseignements. Les autorités civiles notaient les domiciles et les identités et les transmettaient aux militaires pour leur demander des informations. Les militaires, en général, ne répondaient pas ou disaient n’avoir jamais vu telle ou telle personne. Nous avons donc trouvé cette trace de la demande des familles. C’est déjà ça. Nous avons recoupé ces fiches avec d’autres documents. Mais, ce n’est pas la totalité des disparus. Nous avons reçu une centaine de réponses par Internet dont au moins 70 étaient des récits assez précis sur la date. Certains, qui avaient dix ans à l’époque, ont écrit avoir vu leurs pères partir pour la dernière fois. Nous avons également reçu des photos. Cela aide à donner un nom et un visage. Et puis, on nous rapporte des cas d’autres personnes qui, dans telle banlieue d’Alger, avaient subi le même sort. On les a ajoutés. On s’approche de 1000, mais ce n’est pas encore une liste exhaustive de toutes les disparitions.

Il a été dit que tout cela était le résultat de « pouvoirs spéciaux » votés par le Parlement. Ces actions étaient-elles légales ?

Oui, le cadre était légal même si le ministre-président en Algérie (gouverneur général), Robert Lacoste, et les militaires avaient des responsabilités particulières. Ils étaient répressifs et prenaient des marges de liberté y compris par rapport au cadre qui leur avait été donné. Il est vrai que le 12 mars 1956, le Parlement a voté les pouvoirs spéciaux, demandés par le président du Conseil de l’époque, Guy Mollet. Ensuite, il y a eu le décret du 7 janvier 1957 de Robert Lacoste donnant au général Jacques Massu (chef de la dixième division parachutiste en Algérie), des pouvoirs de police.

Finalement, qui est responsable de toutes les disparitions ?

À mon avis, l’État français, la République, le Parlement, les forces politiques qui ont accepté de voter ces pouvoirs spéciaux sont responsables, ont une part importantes de responsabilité.

Jacques Massu est-il le premier responsable puisqu’il était chef de toutes les opérations militaires ?

Bien entendu. Massu réclamait les pouvoirs de police avant qu’on le lui accorde en janvier 1957. Il y a du côté des Européens d’Algérie des responsabilités plus lourdes encore. Idem pour les principaux chefs de l’armée à l’époque. Leurs responsabilités dépassent peut-être celles des politiques parce qu’ils cachaient des choses aux politiques pour se livrer à leur répression.Les acteurs et les responsables de l’époque sont presque tous morts comme Raoul Salan, chef d’état-major de l’armée (et chef de l’OAS aussi), Jacques Massu, Paul Aussaresses. Aussaresses était chargé des basses œuvres comme tuer Maurice Audin, Larbi Ben M’hidi et d’autres. Reste des exécutants. Par exemple, parmi l’équipe de tueurs d’Aussaresses, qui était commandant à l’époque, il y a encore ceux qui sont vivants. Ils pourraient dire ce qui s’est passé. Il est vrai qu’ils obéissaient aux ordres, mais cela ne les disculpe pas. Je pense à l’un deux, qui a 80 ans aujourd’hui. Il ne sera rien de le mettre dans une prison. En revanche, lui faire dire ce qu’il sait, ça serait important.

Mais, qui a tué Maurice Audin le 21 juin 1957 ?

Ce n’est pas encore établi avec certitude. L’armée a avancé des mensonges. Premier mensonge, Audin s’est évadé. Deuxième mensonge, Audin a été étranglé lors d’une séance de torture, par un soldat qui s’est énervé et qui a serré trop fort. On a cité le nom du lieutenant Charbonnier qui était membre de l’équipe d’Aussaresses. À mon avis, cela n’est pas exact. Aussaresses, avant de décéder, a confié à un journaliste, qu’il avait reçu un ordre du général Massu de tuer Audin. Ils l’ont assassiné en demandant à Gérard Garcet (sous-lieutenant du 6e Régiment de parachutiste d’infanterie) de le faire à coups de couteau et d’enfouir son corps quelque part. Gérard Garcet doit être encore vivant. Il était reclus chez lui, n’ouvrait à personne y compris à ceux qui voulaient l’interviewer. Il serait dans un hospice, atteint de la maladie d’Alzheimer. Il ne peut plus dire grand chose. Je ne pense pas que la vérité absolue soit scientifiquement établie. Mais, on peut peut-être avancer.

Pensez-vous que la reconnaissance par le président Macron de la mort sous la torture de Maurice Audin « du fait d’un système institué en Algérie par la France », va amener l’État français à faire d’autres gestes dans le même sens ?

Cela serait souhaitable. Avant d’être président de la République, Emmanuel Macron a déclaré, en février 2017, à la chaîne algérienne Echorouk, lors d’une visite en Algérie en plein campagne pour la présidentielle, que la colonisation est un crime contre l’Humanité. C’est important. On aurait aimé bien qu’une fois élu président, il confirmait ce jugement, cette page du passé de la France.

Va-t-il confirmer cela en prenant d’autres décisions ?

Nous le lui demandons. Quand je dis nous, ça veut dire les associations, les personnalités et les médias qui demandent la vérité sur le cas Audin. Le site 1000autres.org est soutenu par des médias en France et en Algérie comme Mediapart, l’Humanité, Politis, El Watan. D’autres médias ont fait écho à cette recherche, à cette demande et à cette exigence.

close