search-form-close
Dialogue : Ali Benflis reçoit Karim Younes et pose ses conditions

Dialogue : Ali Benflis reçoit Karim Younes et pose ses conditions

Le président de Talaie El Houriyet Ali Benflis a rencontré Karim Younes et les membres du panel de dialogue ce mercredi 21 au siège de son parti à Hydra sur les hauteurs d’Alger. Au menu, « un large échange de vues autour de la démarche du Dialogue national, du cadre dans lequel il s’inscrit et des objectifs qu’il se fixe », et « l’option de la tenue d’une élection présidentielle et des modalités de l’organisation d’un scrutin irréprochable et irrécusable qui recueille l’adhésion populaire, comme prélude à la solution de la crise », indique Talaie El Houriyet dans un communiqué, publié à l’issue de la rencontre.

M. Benflis a réitéré « le ferme attachement » de son parti au « Dialogue national comme instrument privilégié de règlement de la crise de régime ». Il a apporté son soutien au Panel dans « sa démarche, du cadre et des finalités du Dialogue national. »

M. Benflis a estimé que le dialogue doit satisfaire « les demandes légitimes de la révolution démocratique pacifique qui vont dans le sens de la nécessaire modernisation politique du pays et de la transformation de l’Etat National en Etat de droit. »

Il a exprimé « sa conviction » que l’élection présidentielle est « la voie la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social ». Mais à la condition, a poursuivi M. Benflis que « soient réunies les conditions politiques, institutionnelles et légales et un environnement favorable, pour la tenue d’un scrutin permettant, pour la première fois, au peuple algérien, d’exercer librement le choix de son Président de la République sans que sa volonté ne soit dévoyée. »

Pour la réussite du dialogue et la tenue de l’élection présidentielle, M. Benflis a posé quatre conditions. La première est « la création d’un environnement apaisé pour le succès du scrutin par l’adoption de mesures de confiance et d’apaisement et des signaux forts de la part des autorités quant à la volonté de garantir la régularité, la transparence et l’intégrité du scrutin ».

La deuxième est le « départ du gouvernement en place, devenu un facteur important dans l’impasse actuelle, un obstacle au déroulement confiant et serein du Dialogue national et une entrave sérieuse à la bonne gestion des affaires publiques et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales pour gérer les affaires courantes. »

La troisième est « la création d’une « autorité électorale indépendante ad-hoc » investie de l’intégralité des prérogatives afférentes à la préparation, à l’organisation et au contrôle du processus électoral présidentiel qui prenne en charge l’ensemble du processus électoral depuis la révision des listes électorales jusqu’à la proclamation des résultats. »

Et la dernière condition est « la révision de la législation électorale actuelle pour supprimer les niches de la fraude, combler les lacunes, revoir l’architecture de l’encadrement du processus électoral, lever les entraves au libre choix de l’électeur et garantir un scrutin impartial, régulier et transparent. »

Ali Benflis a expliqué « ses réserves quant à l’option « Constituante » à propos de laquelle il a relevé les risques qu’elle ne multiplie les impasses, qu’elle prolonge indument la durée de la crise et qu’elle aboutisse à son extension et à son exacerbation. »

Aussi il a estimé que « le changement de régime politique, la transition démocratique et l’élaboration d’une nouvelle Constitution pour la République, pourront être pris en charge dans un mandat de transition que le peuple algérien confiera au prochain président de la République. »

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close