search-form-close
Covid-19 : un spécialiste anticipe une 2e vague en Algérie

Covid-19 : un spécialiste anticipe une 2e vague en Algérie

Pr Salah Lellou, chef du service de pneumologie de l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) d’Oran, se dit « persuadé » que l’Algérie enregistrera une deuxième vague de la pandémie de Covid-19 quinze jours après la fête de l’Aïd el-Adha qui sera célébrée ce vendredi 31 juillet.

« Je suis persuadé qu’il y aura une deuxième vague, surtout avec l’Aïd qui risque d’être la cause d’une reprise des cas de Covid-19 deux semaines après, comme on l’a constaté pour l’Aïd el-Fitr. Espérons que cette fois-ci, les gens vont vraiment prendre toutes les précautions possibles et respecter les gestes barrières pour éviter qu’il y ait un rebond », dit-il.

« Puisque la tradition du sacrifice est maintenue, ça va entraîner une agglutination de monde autour du mouton et probablement des visites interfamiliales. Encore une fois, on demande et on redemande de respecter les gestes barrières. Il ne faut pas que ce qu’on a eu après l’Aïd el-Fitr se répète. On sait que l’Aïd el-Adha est une fête plus importante, donc il y a un risque. J’espère que les citoyens seront conscients de ce risque et que cette fois-ci, ils respecteront les gestes barrières que tout le monde connaît maintenant », insiste-t-il.

Pic de la pandémie

Le professeur estime qu’on a peut-être atteint le pic de la pandémie en ce mois de juillet « puisque les chiffres sont pratiquement les mêmes depuis une semaine » et espère que la courbe va « redescendre » et que « même s’il y aura une deuxième vague, elle sera moindre ».

Il dit aussi qu’il y a une recrudescence des cas qui sont relativement plus sévères et qui nécessitent de l’oxygène : « Nous avons beaucoup de patients qui occupent des lits surtout pour recevoir de l’oxygène. C’est vrai qu’ils reçoivent le traitement qu’on a l’habitude de donner, mais les services des soins intensifs sont complets. On a aussi remarqué qu’il y a beaucoup de personnes du corps de la santé qui sont atteints. »

A propos des personnels de la santé atteints, le Pr Lellou révèle que plus de trente ont été hospitalisés rien que dans son service.

  • Les derniers articles