search-form-close
CORRECTION – Le procès de Drareni, Benlarbi et Hamitouche n’a finalement pas été programmé

CORRECTION – Le procès de Drareni, Benlarbi et Hamitouche n’a finalement pas été programmé

Le procès du journaliste Khaled Drareni et des militants Samir Benlarbi et Samir Hamitouche n’est finalement pas programmé, indiquent des avocats de la défense, dont Me Abdelghani Badi.

Dans la matinée de ce mercredi 22 juillet, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) avait annoncé la programmation du procès pour lundi prochain, 27 juillet.

« Concernant la programmation de l’affaire de Khaled Drareni, Samir Benlarbi et Samir Hamitouche, nous avons annoncé sa programmation pour le 27 de ce mois, sans nous assurer de la véracité de l’information. Sachant que nous nous trouvons loin de la capitale, dans la wilaya d’Adrar, nous avons répercuté l’information qui circulait sur les réseaux sociaux. Toutes nos excuses pour avoir rapporté une information inexacte », a rectifié Me Badi.

Drareni, Hamitouche et Benlarbi ont été arrêtés le 7 mars lors d’une marche à Alger. Présentés le 10 devant la justice, le journaliste a été mis sous contrôle judiciaires et les deux militants placés en détention provisoire.

Le 28 mars, le contrôle judiciaire de Khaled Drareni est annulé en appel. Après deux jours de détention à la prison d’El Harrach, il a été transféré vers celle de Koléa le 31 mars.

Hamitouche et Benlarbi ont bénéficié jeudi 2 juillet d’une remise en liberté provisoire, mais pas Drareni, maintenu en détention « inexplicablement », selon ses avocats.

« Tous les trois ont les mêmes chefs d’accusation. On ne comprend pas que Drareni soit maintenu en détention. Ça s’est passé dans la précipitation, donc nous n’avons pas encore pris connaissance de l’ordonnance pour voir quelle est la motivation du juge, son explication quant au maintien de Drareni en détention et la libération des deux autres. Pour moi, si la loi devait s’appliquer, Khaled Drareni serait dehors. De plus, il n’a fait que son travail de journaliste », a réagi l’avocate Zoubida Assoul sur TSA.

Le 6 juillet, le dossier de l’affaire a été renvoyé devant le tribunal correctionnel. Leur procès n’aura donc pas lieu le 27 de ce mois.

  • Les derniers articles