search-form-close
Chaos sur l’autoroute après le blocage de l’accès à la capitale par les services de sécurité

Chaos sur l’autoroute après le blocage de l’accès à la capitale par les services de sécurité

La décision prise par les services de sécurité de bloquer l’accès à la capitale, ce dimanche 18 août, a créé un embouteillage monstre sur le tronçon de l’autoroute Est-Ouest A1 entre Alger et Bordj Bou Arreridj, où des scènes de chaos se sont multipliées.

Ces barrages été dressés sur ces axes routiers pour empêcher les retraités et les radiés de l’armée de manifester dans la capitale.

L’absence de planification par la gendarmerie qui n’a pas offert aux automobilistes la possibilité de rebrousser chemin en toute sécurité a entraîné des situations extrêmement dangereuses où des voitures ont été contraintes de rouler en sens inverse afin de trouver une échappatoire.

Les automobilistes se sont retrouvés bloqués dans l’embouteillage monstre, sous la chaleur caniculaire et sans eau pour la plupart. Des appels ont été lancés aux habitants des environs pour amener de l’eau aux automobilistes coincés.



Des vidéos montrent notamment les voitures bloquées par le barrage de la gendarmerie sur des kilomètres à perte de vue.

« J’ai cru que j’allais voir des gens mourir. C’était impressionnant. Il y avait des bébés qui pourraient, des personnes âgées qui semblaient faire un malaise », témoigne une femme qui a emprunté l’autoroute qur le tronçon entre Reghaia et Zeralda. « Nous sommes restés bloqués pendant plusieurs heures. Heureusement que des bénévoles ont distribué de l’eau. On ignore comment ils ont réussi à arriver jusqu’à nous vu que tout est bloqué », ajoute-t-elle.

Sans surprise, plusieurs citoyens ont partagé leur colère face à la décision jugée incompréhensible des autorités de bloquer la route. « Qu’est-ce qui se passe ça fait 4h dans les embouteillages », s’est interrogé un automobiliste sur Facebook. « Rebbi wkilhom, j’ai raté mon vol », a dénoncé un internaute sur Twitter.

« Voici le échantillon d’un pouvoir militaire avec comme arme une dictature périmé des années 70 », s’est insurgé un autre internaute sur Facebook. « Le peuple, le dernier de leurs soucis », déplore quant à lui un internaute sur le même réseau social.

« Alger Plage Bir Mourad Rais en 3h50 !!! Qui dit mieux !!! », a dénoncé un internaute, faisant écho aux nombreux témoignages de personnes coincées pendant des heures sur les routes.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close