search-form-close
Campagne électorale – 5e jour : meetings, manifestations hostiles et poursuite des arrestations

Campagne électorale – 5e jour : meetings, manifestations hostiles et poursuite des arrestations

La campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre se poursuit. Abdelmadjid Tebboune s’est engagé, ce jeudi 21 novembre, à partir de Constantine, à réviser la Constitution et de la loi électorale. Le candidat a expliqué que la révision constitutionnelle consacrera la séparation des pouvoirs et le renforcement des institutions. La révision du Code électoral aura comme principal objectif de faire barrage aux forces de l’argent qui s’immiscent dans la politique, ajoute-t-il.

Abdelkader Bengrina a lui affirmé à partir de Relizane qu’il n’est pas question de retourner aux années de du terrorisme des années 1990. Il a affirmé que l’Algérie ne connaitra pas le sort de la Syrie et de la Libye. Il a promis de dévoiler les noms de « toutes les personnes malintentionnées qui étaient une partie du projet de prolongation du mandat de l’ex-président ».

Ali Benflis a prôné, lors d’un meeting à Tiaret, la rupture avec mes pratiques et procédés anciens qui, selon lui, ont nui aux institutions de l’État. Il a annoncé son intention de promulguer une loi qui fixe les prérogatives des walis et les protège des injonctions venues d’en haut. Benflis a promis d’oeuvrer à réhabiliter l’image des cadres de l’État, rappelant les cas des cadres marginalisés et humiliés.

Abdelaziz Belaid, en meeting à Tlemcen, a promis de rouvrir tous les dossiers qui freinent le développement des relations bilatérales entre l’Algérie et le Maroc, estimant que l’ouverture des frontières dépend de la résolution des dossiers en suspens. Le candidat a appelé la libéralisation de l’économie, tout en critiquant les gouvernements précédents pour avoir, selon lui, favorisé les hommes d’affaires au détriment des agriculteurs soumis au diktat de la bureaucratie.

Les actions de rejet de la présidentielle se multiplient

Comme c’est le cas depuis dimanche, ce cinquième jour de campagne a été marqué par plusieurs actions citoyennes hostiles à la tenue de la présidentielle du 12 décembre dans plusieurs régions du pays, notamment à Tizi Ouzou, Béjaia, Boumerdès, Bouira et Sétif.

À Tigzirt, dans la wilaya de Tizi Ouzou, une marche populaire a sillonné la ville pour dénoncer la présidentielle. Le maire de Chabet El Ameur (Boumerdès), Nordine Mezalla, a annoncé devant ses concitoyens que l’APC ne s’impliquera pas dans cette élection.

« Le peuple ne veut pas de ces élections et nous, en tant que serviteurs de ce peuple, nous sommes avec lui », a déclaré l’édile.

رئيس بلدية #شعبة_العامر ببومرداس قالكم : #مكانش_انتخابات_مع_العصابات٠

Publiée par ‎محمد عبدالله‎ sur Jeudi 21 novembre 2019

À Bejaia, le maire de Kherrata a annoncé que l’élection n’aura pas lieu sur le sol de la commune, sous les applaudissements nourris de ses administrés. Une imposante marche s’est déroulée dans cette ville aujourd’hui.

Pour manifester leur rejet de l’élection présidentielle, des dizaines d’habitants de la commune d’Ain Turk à Bouira, ont fermé le siège de la mairie en soudant le portail d’entrée sous les cris « cette année, il n’y aura pas de vote ! ».

Cette journée a également été marquée par plusieurs arrestations parmi les manifestants hostiles à la tenue de la présidentielle le mois prochain notamment à Tiaret suite à la tenue du meeting de Benflis. Sur 21 personnes interpellées, quatre seulement ont été relâchées, annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

À Alger, 8 manifestants qui ont pris part à la marche nocturne hier soir à Alger ont été placés, ce jeudi 21 novembre, en détention provisoire par le tribunal de Bainem, annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). 21 autres manifestants, arrêtés hier, ont été libérés par le même tribunal, selon la même source.

À Bordj Bou Arreridj, l’activiste du Hirak Brahim Laalmi a été placé, ce jeudi, en détention provisoire par le juge d’instruction du tribunal local. L’activiste a été arrêté mardi à Djaafra, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, où il participait à un rassemblement contre les élections présidentielles du 12 décembre.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close