search-form-close
Ali Ghediri : « Le peuple en a assez de ce pouvoir »

Ali Ghediri : « Le peuple en a assez de ce pouvoir »

Ali Ghediri est formel : sa candidature à la présidentielle du 18 avril n’est pas liée à celle du président Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat. Il l’a encore réaffirmé, lundi soir, sur la chaîne américaine Al Hurra.

« Je ne fais pas de lien parce que mon objectif n’est pas Bouteflika, mais la présentation d’un projet au peuple algérien. Bouteflika est le candidat du pouvoir, moi, je suis le candidat du peuple. Le peuple en a assez de ce pouvoir, veut un changement, un renouvellement. Je ne suis le candidat d’aucun aile du pouvoir, ni en dehors du pouvoir », a-t-il tranché.

Interrogé sur ses rapports avec l’armée, Ali Ghedri, général-major à la retraite, a répondu que sa relation est celle d’un retraité avec l’entreprise mère. « J’ai été militaire, maintenant je suis à la retraite. Je profite de tous mes droits y compris ceux de me porter candidat à la présidentielle. Ma candidature s’inscrit dans le cadre de la Constitution », a-t-il appuyé.

Ali Ghedri a confirmé avoir été empêché d’assister, le 6 février 2019, à l’enterrement du général major Abdelmalek Guenaizia, ancien ministre délégué auprès du ministre de la Défense, au cimetière de Sidi Yahia, à Alger. « Je n’ai pas cherché à savoir pourquoi et je n’ai demandé à personne de me donner des explications. Ce que je sais est que des agents de sécurité m’ont empêché d’aller à l’enterrement (…) Je ne suis en adversité contre personne », a-t-il dit.

« Je suis décidé à gagner »

Il est, selon M. Ghediri, encore tôt pour dévoiler le programme électoral. « Au moment voulu, tout le monde verra que j’ai bel et bien un programme riche et important », a-t-il noté.

Ali Ghediri a annoncé avoir rencontré Abdallah Djaballah, président d’El Adala, mais sans s’accorder sur l’idée d’un candidat « consensuel » de l’opposition pour la présidentielle. « J’ai discuté avec lui et avec d’autres représentants de l’opposition. Le sujet ne portait pas sur la désignation d’un candidat représentatif de l’ensemble de l’opposition. Nous avons parlé des élections, sans nous concentrer sur un point donné », a-t-il précisé.

Ali Ghediri a promis de donner une réponse lorsque la question d’un candidat unique de l’opposition sera posée. « Je ne suis pas contre l’opposition. Si l’opposition veut s’entendre sur un plan, bienvenue ! », a-t-il dit.

Le candidat n’a pas voulu répondre à une question sur la proposition faite par Bouteflika d’organiser une conférence de consensus national et d’enrichir la Constitution dans le cas de sa réélection pour un 5e mandat. « Si je réponds, cela veut dire que je reconnais la victoire de Bouteflika alors que je suis décidé à gagner. C’est un homme qui a gouverné le pays pendant vingt ans dans des conditions économiques favorables sans précédent dans l’Histoire de l’Algérie. Et, il n’a rien fait, il n’a mené aucune réforme. Va-t-il faire tout cela dans les cinq prochaines années alors qu’il est malade et que le prix du baril du pétrole est en dessous de 50 dollars et que le nombre des habitants est en augmentation ? », s’est-il interrogé.

« Rassemblés, les partis de l’Alliance ne pèsent rien »

Selon lui, les réformes ne peuvent pas être menées avec les mêmes visages qui ont « pratiqué le pouvoir » durant les quatre mandats de Bouteflika.

Sans parti et sans militants, comment Ali Ghedri compte-t-il mener sa campagne pour la présidentielle alors que Bouteflika est soutenu par une Alliance de partis (MPA, FLN, RND, TAJ) ? « Rassemblés, les partis de l’Alliance ne pèsent rien. Pour preuve, le taux de boycott des élections depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir. Ce taux a dépassé les 80 %. Aussi, le poids de ces partis ne peut-il aller, au maximum, au-delà de 20 %. Je n’ai pas de base partisane, mais j’ai une base populaire. Les prochains jours vont vous le prouver. Je m’adresse aux jeunes qui représentent 70 % du peuple algérien et à l’élite qui est envahie par le désespoir », a-t-il répondu.

Ali Ghediri a estimé que les jeunes demandent le changement du mode de gouvernance en Algérie, réclament de « nouvelles têtes » et exigent une vie meilleure. « Les jeunes veulent un dirigeant qui insuffle l’espoir chez les Algériens et qui arrache la misère qui les pousse vers les mers », a-t-il souligné disant que les jeunes veulent « la rupture ».

| LIRE AUSSI :

VIDÉO. Ali Ghediri réagit à la candidature de Bouteflika

Ali Ghediri demande aux « Algériens intègres de soutenir son projet »

close